Tous aux urnes ce dimanche 15 mars 2020 – Oui, mais qui choisir!

Plusieurs lectrices et lecteurs des textes argumentatifs de « Roubaix Aujourd’hui et Demain » me demandent pour qui je vais voter dimanche. Ce que j’écris ci-dessous n’engage que moi, le collectif « RAD » n’a pas été consulté.

La liste « Unis pour Roubaix » est conduite par une candidate « Communiste ». Elle déclare : « Il n’y a pas de raison que cette ville reste à droite ». Les vieux démons rodent toujours. Il faudra sans doute attendre encore deux générations pour qu’enfin la place soit donnée aux idées plutôt qu’à ce combat gauche/droite non productif. Mais puisqu’on m’amène sur ce thème, je voudrais dire que je m’étonne qu’en 2020 on puisse, en Europe, se revendiquer « Communiste ». Durant les années 1917/1945 je peux comprendre que des ouvriers épris d’égalité, demandeurs de salaires décents, de respect de l’humain aient pu soutenir le marteau et la faucille. Ils ne pouvaient pas encore savoir ce à quoi conduisait cette idéologie. Aujourd’hui, tout le monde sait que le communisme est entaché : de crimes, de mensonges, de privation de liberté, de délations, de souffrances d’enfants, de femmes, d’hommes déportés dans les goulags ou victimes d’une famine programmée. Cette idéologie a mené les peuples qui l’avaient adoptée à la misère. Alors non, je ne peux pas retenir une liste conduite par une candidate communiste aussi talentueuse soit-elle.

Les extrêmes ne me tentent pas plus. NPA/LO portent en eux l’esprit révolutionnaire, ils sont discriminants. Les uns ne jurent que par les travailleurs, les autres c’est haro sur les riches ; mais sachant que vous êtes considérés riche par celui qui se trouve être plus pauvre que vous, on ne s’en sort pas. Le RN, il reste 5% d’adhérents franchement fascistes. Les EELV c’est très clair, c’est l’extrême gauche qui avance sur le couvert de l’écologie habilement utilisée. La FI, si j’ai bien compris, nous propose comme exemple à suivre le « Venezuela » ou le « Moi » de leur leader ; on est très loin en définitive de la démocratie participative. En réalité, elle est d’accord pour donner le pouvoir aux habitants pour peu qu’ils pensent à l’unisson de leurs idées

Ils restent 5 listes :

  1. « Allez Roubaix » porté par un élan de générosité veut instaurer « un revenu municipal de dignité ». Si vous êtes très pauvre que vous apprenez qu’à Roubaix on peut vous aider, que feriez-vous ? Vous chercheriez à habiter Roubaix, n’est-ce pas. Ne croyez-vous pas qu’avec un pourcentage de 44,3% de pauvres dans notre commune il serait dangereux de laisser croire à d’autres pauvres que l’on pourra les aider ? En partant d’un bon sentiment « Allez Roubaix » va entraîner notre ville vers une altération de notre tissu sociale. Si j’ajoute que leur leader qualifie les animations sur la Grand-Place de « fête à Neu-Neu » alors qu’il s’agit pour beaucoup d’entre nous de l’une des meilleures réalisations des promesses de campagne de la municipalité en place ; alors je veux bien être nunuche mais je ne leur apporterai pas ma voix.
  2. « Réinventer la ville » la candidate veut être « abordable comme le sont les maires des villages » seulement Roubaix c’est une ville de 97000 habitants, je ne vais pas cautionner l’impossible.
  3. « En avant Roubaix ». Ce jeune candidat m’a un jour croisé à l’entrée de l’église Saint Martin, je distribuais un appel à l’aide financière de « L’Univers, la cantine du cœur » afin que cette association puisse survivre. Il a décrété que ce n’était pas digne de moi ! Je ne vais quand même pas apporter ma voix à une personne qui n’a pas de compassion pour les plus démunis.
  4. « Roubaix en commun », veut mettre l’accent sur l’éducation. Bien vu, Roubaix en a bien besoin. Seulement son leader ne va-t-il pas nous laisser un moment ou l’autre sur le gué. N’était-il pas le fer de lance de LREM à l’élection présidentielle de 2017 et puis plus personne… Si j’ajoute que plusieurs de ses colistiers et ses soutiens ont virevolté d’une liste à l’autre, il y a de quoi à être sur sa réserve. Il ne sera pas facile de travailler avec des personnalités aussi versatiles. Par contre, le programme en 12 pages est assez séduisant.
  5. « Roubaix Avenir », la liste du maire actuel. Je n’ai pas aimé qu’il s’approprie totalement ce que la municipalité précédente avait mis sur les rails, je pense à la rénovation du Parc Barbieux et à l’extension du Musée La Piscine. J’ai bien aimé : la rénovation les unes après les autres des places dans la ville, les animations sur la Grand-Place, sa proximité et celle de son équipe avec les citoyens, la mise en place d’une collaboration entre les deux polices qui permet de s’attaquer enfin aux divers fléaux de la ville dont la drogue, ses efforts pour rendre la ville propre même si les méthodes demandent encore à être améliorées, la mise en place de l’école des parents, l’amélioration des comptes de la ville… J’ai moins bien aimé qu’il n’ait pas su ; défendre le versant Nord-Est de la métropole vis-à-vis de Lille, (voire la zone de l’Union qui piétine toujours), s’imposer à la MEL, refaire vivre notre centre-ville, construire une opposition républicaine au « séparatisme islamique », mettre en zone bleue le stationnement, se distinguer de ses prédécesseurs en pensant lui aussi que seul les idées émises par son équipe étaient forcément les bonnes…

Alors voyez-vous, moi non plus, je ne sais pas encore pour qui je vais voter dimanche même si j’ai déjà éliminé quelques listes comme vous l’avez compris. Disons que je tâcherai de choisir la plus réaliste.

Amicalement,

Philippe Delannoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.