Archives de catégorie : commerce

Compte rendu d’entretien en mairie le 23 août 2016

Roubaix aujourd’hui et demain

Compte rendu d’entretien en Mairie de Roubaix le 23 Août 2016

Participants : Philippe Delannoy ; Etienne Bastin ; Grégory Wanlin (3ème adjoint au Maire) ; Sabrina Sulikowski (chef de projet environnement propreté urbaine ; Stéphane Vangheluwe (Directeur cadre de vie)

Contexte de l’entretien : demandé par lettre de notre part du 6 Juin 2016 afin de présenter au Maire nos réflexions et propositions concernant la mise en valeur de l’Avenue Jean Lebas.

M.Wanlin nous annonce avoir lu avec intérêt notre analyse et nos propositions. Il est en accord avec nombre d’entre elles. Il affirme d’ailleurs que certaines ont eu un début de mise en œuvre sans les nommer. Dans d’autres cas, même si la municipalité partage notre point de vue, il n’a pas encore été possible d’aller au bout de la proposition car nous ne sommes pas seuls décideurs. C’est le cas, par exemple, du rapatriement intégral des maisons de mode, associé à une politique de relance dans la durée, qui font partie du plan d’action de la Mairie, mais qui reste suspendu à un accord (donnant/donnant ?) forcément très politique avec la Maire de Lille dans le cadre de la MEL. De manière générale, la Municipalité est d’accord avec nous pour estimer que pour faire décoller l’Avenue Jean Lebas il faut un plan d’action cohérent et de grande envergure mais ajoute qu’il serait illusoire de vouloir tout concentrer dans le temps dans une opération coup de poing. Il est nécessaire au contraire de s’autoriser de manière pragmatique un certain étalement dans le temps pour tenir compte des réalités et viser l’efficacité par et dans la durée. Pas d’objection de notre part sous réserve d’un accord sur la totalité du plan d’actions à développer.

Un point de désaccord constaté est l’utilisation de la préemption pour orienter l’affectation des fonds de commerce. La mairie étant déjà en possession de plus de 300 locaux dont de nombreux inoccupés, le Conseil Municipal a décidé de suspendre toute nouvelle acquisition sauf si compensée par une cession.

M.Wanlin rappelle que l’évolution à la baisse du commerce de proximité est un fait général en France, mais que Roubaix se caractérise par deux facteurs  spécifiques : une plus faible mobilité et un plus faible pouvoir d’achat. Oui mais cette remarque n’interfère pas sur la proposition.

Après plusieurs échanges sur le contenu de nos propositions, M.Wanlin nous propose de travailler ensemble dans le cadre d’un conventionnement de notre association sur un certain nombre de nos propositions préalablement avalisées par le Conseil Municipal. Nous lui annonçons que nous n’avons pas besoin de subventions de fonctionnement pour notre association, mais simplement d’un défraiement de dépenses éventuelles. Il va prochainement nous recontacter en ce sens pour nous informer des actions qu’il sélectionne. De notre côté, nous allons (re)travailler nos propositions pour leur donner un côté plus « opérationnel » (qui fait quoi, quand et comment ?) qui servira de base à la collaboration.

« L’aventure », grève des acteurs

Nous les avions invités à soutenir lors d’une réunion publique le scénario, écrit ensemble, intitulé « Pour relancer un commerce en berne à Roubaix » (texte disponible sur www.roubaixaujourdhuietdemain.fr ). Le plus grand nombre des acteurs était absent et l’unique éventuel metteur en scène, adjoint à la mairie, n’a eu de cesse de casser le déroulement de la réunion avec un comportement hargneux que nous ne lui connaissions pas.

Trois autres personnes présentes n’ont pas compris que nous n’étions plus dans la phase de construction mais qu’il s’agissait de développer la mise en projection d’une stratégie construite à partir de l’écoute de 36 acteurs de l’avenue Jean Lebas. Ces personnes posaient sans cesse des questions sur des sujets abordés dans le document distribué préalablement, elles étaient pour les unes nouvelles et pour l’un  sans doute involontairement de mauvaise foi. Certes, il n’avait pas fait partie des interviewés mais il avait été invité à la réunion de travail du 9 juin 2015 à laquelle il n’était ni excusé, ni présent. Continuer la lecture

Marché de Noël à Roubaix

Marché de Noël à Roubaix

Dimanche 14 décembre 16 h

La nouvelle municipalité crée de l’animation Grand’ Place autour de la patinoire.

Qui pourrait sans plaindre !

Mais attention il faut tout faire pour que ce marché de Noël puisse se pérenniser. C’est maintenant que commence les vraies prises de décision pour le succès de demain.

L’attraction du centre ville est tombée si bas que nos édiles doivent savoir investir pour que l’an prochain les boutiquiers et les acheteurs viennent en plus grand nombre.

  • La ville doit s’assurer que les ventes des commerçants dégagent un revenu correct pour justifier 8 heures de présence par jour weekend compris et par tout temps. Si ce n’était pas le cas, il faudrait savoir leur offrir le coût de l’emplacement contre l’engagement de leur présence l’an prochain. C’est une façon d’amorcer progressivement l’espoir d’un retour sur investissement aussi bien pour la Mairie que pour les courageux boutiquiers.
  • La ville doit pouvoir offrir un minimum de confort aux exposants. Elle a déjà pensé au chauffage, il reste à leur installer un WC de chantier.
  • Un emplacement gratuit à proximité pour les voitures des exposants ne serait pas un luxe.
  • La promotion de l’animation devrait se poursuivre pendant toute la durée l’opération sur les TV et les radios locales, dans la presse, dans les quartiers, auprès des étudiants…

Pourquoi ne mettrions-nous pas ces 4 préconisations en place sans attendre?

Ce regard sur l’animation du centre ville nous permet de revenir sur les quelques places de parking aménagées sur la Grand’ Place. Elles ne sont pas compatibles avec les manifestations organisées. Quand elles seraient utiles nous devons nous en passer. Une signalisation de ce parking intermittent créerait la confusion. Tout cela a un coût bien inutile. C’est pourquoi la remise en service du parking silo de la rue du Curé à 100 mètres de la Grand’ Place avec un accès par l’avenue des Nations Unies (ce qui évite l’engorgement du centre) n’est pas une mauvaise solution. Une bonne signalisation d’accès : « Parking de la Grand’ Place », une gratuité dans un premier temps, voilà des décisions qui seraient bénéfiques pour l’activité du Contour Saint Martin, de la rue du Vieil-Abreuvoir et bien sûr pour la Grand’ place et ses alentours.

C’est à ce prix que l’on peut espérer commencer à redonner de l’attrait au centre de Roubaix.

A Roubaix l’adjointe au commerce a déclaré…

 

Mme Nathalie Desfrennes a déclaré : « Je verrais bien la rue du Vieil Abreuvoir en rue dédiée aux bars… ». Madame, l’état du commerce et l’animation nocturne est tel qu’il ne vous est pas permis de rêver. Trente cinq places de parking sur la Grand-Place et des bars rue du Vieil Abreuvoir ceci n’est pas un programme de nature à sortir Roubaix de son marasme commercial.

Quel est votre plan d’ensemble, Madame ? Nous pouvions penser que celui-ci avait été pensé avant les élections mais tout comme le plan pour la reconquête de la propreté il semblerait qu’il n’en est rien. On élabore uniquement maintenant des stratégies ! Seulement quand on est aux affaires, il faudrait des journées de 36 heures pour faire face aux réunions, aux interpellations des citoyens et maintenir sa propre activité professionnelle. Si on n’a pas réfléchi en amont on ne parvient plus à élaborer une vraie stratégie.

Permettez nous de rappeler la situation et d’émettre quelques suggestions :

  • Si vous regardez l’état de l’axe principal du commerce à Roubaix vous remarquez qu’une bonne partie des commerces subsiste tant bien que mal, les devantures ne sont plus entretenues, parfois même un nouveau commerce s’ouvre sans prendre la peine de changer l’enseigne du précédent. Sept cellules sont vides à Mc Arthur (N°36 – 78 – 79 – 34 – 32 + 2 où tout doit disparaître). Ne parlons pas de l’Espace Grand-rue en plus des cellules vides c’est un carrousel d’ouvertures et de fermetures. Grand-rue c’est la désolation complète : commerce fermé au n° 77 – 66 – 38 – 36 – 18 – 16b + C’KDO, toutes les cellules de Paris Store et du nouvel ensemble, Cottignies, Cash Phone, Marrionnaud ; même phénomène Grand-Place et Avenue Jean-Baptiste Lebas.
  • Aussi nous pensons qu’il faut d’abord s’occuper de cet axe principal avant d’envisager d’autres ramifications et travailler dans un ordre précis :
  • Rendre la ville propre,
    • Améliorer la sécurité,
    • Remettre en état la voirie et les lieux publics,
    • Relancer la rénovation des façades,
    • Inviter les roubaisiennes et les roubaisiens à vivre et à respecter les valeurs, les principes qui fondent la République française,
    • Rendre dans un premier temps les parkings du centre gratuit : rue Neuve, rue du Curé, Espace Grand-rue, Mc Arthur.

Alors, seulement, vous pourrez espérer arrêter l’hécatombe du commerce à Roubaix sans toutefois ne pas oublier qu’il faut non seulement compter avec les centres commerciaux qui entourent la ville mais aussi avec le commerce en ligne (Internet). Pour promouvoir une animation le soir choisissez plutôt l’avenue Jean Lebas, elle est large, moins peuplée que la rue du Vieil Abreuvoir et vous pouvez créer une synergie avec le Musée, le Bowling, la Cave aux poètes, la salle des fêtes, les maisons de la mode et le futur Campus.

Pour parfaire votre travail de renouveau vous pourriez ensuite aménager l’espace Darty ou C’KDO, qui possède l’un et l’autre un parking privé, en regroupant des métiers de bouche : poissonnerie, primeur, boucherie, boulangerie pâtisserie, fromager autant de commerces absents du centre. Mais comme personne n’est prêt à investir c’est à vous de le faire et de donner une opportunité aux meilleurs ouvriers de France désargentés. Un contrat prévoirait le retour sur investissement dès que ces commerces de qualité seraient rentables.

Il y a du travail. Il serait temps de le commencer dans le bon ordre.

Philippe Delannoy                                                                                                                                   Cette réflexion sera travaillée prochainement au sein de l’association « Roubaix Aujourd’hui et Demain »