Suite courrier du 15/11/2018 à Mme OSSON

Bonjour Madame Osson,

Nous nous sommes croisés hier au Grand débat national organisé à Roubaix. Je vous ai fait part de ma déception que vous n’ayez pas pris le temps au moins d’accuser réception du courrier du 15 novembre envoyé sur votre site à l’assemblée. Je vous demandais de le transmettre à M. le Président, je ne sais pas si cela a été fait. Je l’insère en pièce jointe.

Par un comportement malheureux que je connais bien de la part du plus grand nombre des élus ni Vous, ni le Président, ni les membres du gouvernement ont pris en considération ce que, avec beaucoup d’autres, je pouvais vous dire. Vous avez vu le résultat. Il a fallu attendre l’acte 3, donc le début des violences pour vous vous disiez : « Nous devrions peut-être écouter ces personnes modestes ». Il était trop tard et vous avez tout gâché ce que vous aviez entrepris avec le Président. Maintenant le mouvement est entre les mains des extrêmes et des voyous.

Bien sûr, je m’investirai dans le Grand débat et je vous transmettrai ma contribution. Peut-être même j’organiserai un débat avec mes amis du collectif « Roubaix Aujourd’hui et Demain » s’ils le souhaitent.

Je profite de cet échange pour vous dire que je suis toujours frappé de l’insistance avec laquelle vous déclarez dans la presse que vous êtes une femme de gauche. J’ai soutenu LREM parce que j’avais cru comprendre que le mouvement dépassait le clivage gauche/droite. Reconnaissez que la dernière mandature, pendant laquelle le PS a tenu la Présidence, l’Assemblée, le Sénat, les Régions, la majorité des communes, du jamais vu, n’a pas apporté la preuve que la gauche ancien schéma pouvait relever notre pays et satisfaire l’attente des citoyens. Etes-vous vraiment de LREM ou c’est seulement une opportunité du moment qui était à saisir ?

Enfin pour ajouter au fait qu’un jour de simples citoyens se retrouvent à défiler avec un gilet jaune je vous joins trois courriers :

1er : adressé à Mme Belloubet le 8 juillet 2018. Aucune nouvelle.

2ème : adressé à M. le directeur de l’URSSAF le 8 juillet 2018, rejeté, envoyé à M. Darmanin le 24 août ; réponse du chef de cabinet le 21 septembre 2018, références ACP/MEFI-D18-01998. Depuis cette date plus aucune nouvelle.

3ème : adressé à Mme Buzyn le 22 août2018. Aucune nouvelle.

Ces courriers sont importants pour la petite SCI que je gère.

Vous le voyez notre administration est malade. Nos élus transmettent ou pas les demandes des citoyens aux services compétents ? Je n’en sais rien, mais ce que je sais c’est qu’ils n’ont pas été capables de s’entourer de collaborateurs qui contrôleraient la finalisation des dossiers transmis. La pagaille continue. Elle finit par accoucher des Gilets jaunes. Je n’avais pas voté M. Macron pour cela.

Bien respectueusement,

Philippe Delannoy, le 22 janvier 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.