Archives de catégorie : Politique

La Nupes à Roubaix / Wattrelos juin 2022

La Nupes à Roubaix / Wattrelos, M. Guiraud soutien de M. Mélenchon.

Evidement en promettant un salaire net de 1500 €, des créations d’emploi par centaines de mille, un remboursement des soins médicaux à 100%, la garantie d’un emploi stable, un logement aux sans abris … qui ne s’enthousiasmerait pas pour La Nupes ! Eh bien Moi ! et je vous dis pourquoi.

J’ai une répulsion vis-à-vis de ceux qui se servent du manque de culture économique des plus démunis pour leur donner de faux espoirs. Je prends pour exemple le SMIC net qui serait porté à 1500 €. Certes il le fera, merci M. Mélenchon. Seulement que se passera-t-il ? Le patron pour payer les nouveaux salaires augmentera ses prix, ses fournisseurs feront de même et 6 mois plus tard non seulement il n’y aura plus trace de cette fausse avancée mais nos entreprises seront moins compétitives à l’exportation. Conséquence, elles perdront des marchés et le chômage repartira à la hausse et pour survivre les français les plus pauvres achèteront les produits moins chers venant de Chine ou de l’Inde. Mais il bloquera les prix me direz-vous peut-être mais dans ce cas les faillites d’entreprises se multiplieront. En définitive, qui trinqueront les plus pauvres, les plus riches eux ne verront pas la différence car ils ont de la marge.

Les plus anciens ont bien connu cela lors du « programme commun » de 1981. D’une part, cette politique n’a pas pu durer au-delà de 2 ans, d’autre part, si elle avait été salutaire plus personne n’aurait besoin de se plaindre aujourd’hui. Il faut fuir ces contes de fées. La seule façon d’augmenter les salaires sans que cela nous soit repris aussi vite c’est de travailler à améliorer une productivité de qualité, innover, réduire les charges, intéresser le salarié à la productivité et aux bénéfices, vendre à l’exportation.

Maintenant si nous parlions de la retraite à 60 ans proposée par les deux extrêmes gauche et droite. Savez-vous qu’entre 1981 et 2021 les humaines en France ont gagné 10 ans de plus d’espérance de vie. Il faut donc payer en moyenne 10 ans de plus les retraites tout en voyant le nombre de travailleur diminuer. Equation impossible. Mais il vous dira nous allons prendre l’argent aux riches. Oui, une ou deux fois car quand ils seront tondus il n’y aura plus rien à prendre et la dictature s’installera. C’est comme cela que l’union soviétique s’est effondrée en 1989.

Entre nous pourvu que les français ne se laissent pas aveugler par le miroir aux alouettes vendu par La Nupes.

Un peu d’humour noir pour finir. M. Mélenchon n’a-t-il pas 71 ans, il faisait partie de ces rares français qui avec un patrimoine de 1.400.000 € (1075 fois un smic mensuel) et une retraite de ministre pouvait partir très confortable à la retraite à 60 ans. Place aux jeunes. M. David GUIRAUD qui nous vient des Lilas dans le 93 n’est-il pas le fils de Daniel Guiraud cadre du PS aux multiples fonctions rémunératrices. Autant dire qu’il est né une petite cuillère d’argent dans la bouche. Que vient-il faire dans l’une des villes les plus pauvres de France, qu’il ne connaît pas, sinon que s’assurer une place confortable de député à l’assemblée. Pensez-vous sincèrement qu’une fois élu vous le verrez à Roubaix / Wattrelos !

 

Un peu léger M. le Président,


Les verts s’y perdent, ceux qui vous ont élu aussi.

Sur la cohérence de vos prises de positions :
Ne disiez-vous pas lors de la campagne 2017 qu’il n’était pas souhaitable de produire 70% de notre énergie à partir du nucléaire ? Maintenant je lis dans le Parisien du 05/01/2022 que vous êtes fier d’avoir 70% de notre électricité produite par les centrales nucléaire !

Sur les conséquences d’une décision hâtive :
N’est-ce pas pour répondre aux attentes de M. Hulot que vous avez fermé 2 réacteurs à Fessenheim. Il vous a quitté les larmes dans les yeux. Mais la bévue était actée. Conséquence : vous devez maintenir en service nos centrales au charbon de Cordemais et Saint Avold. Des centrales qui rejettent environ 1000 grammes de CO2 par kilowattheure produit alors que les réacteurs de Fessenheim ne rejetaient que 6 grammes ; 1000 contre 6 ! La tête me tourne, j’avais cru comprendre que l’urgence était de lutter contre le réchauffement climatique provoqué par trop d‘émission de CO2.

Vous pourrez toujours dire :
Je suis raisonnable. Regardez le couple Jadot/Rousseau d’Europe Ecologie des Verts soutenu par : Greenpeace, Les amis de la Terre, l’Union mondiale pour la protection de la vie fait campagne pour la fermeture de nos autres centrales nucléaires moi je veux en construire.

Et moi qu’est-ce que je fais pour me déterminer ?
Je cours mettre un cierge à Sainte Rita l’avocate des causes perdues. Je plaisante, bien sûr !


Le 17/01/2022

Une sélection de citoyen malvenue

Pour la journée du patrimoine nous décidons d’aller visiter l’église Saint Joseph récemment rénovée et classée Monument historique à Roubaix.

A l’entrée trois agents de sécurité trient les citoyens. Seul ceux munis d’une invitation peuvent pénétrer dans l’église. Très étonné nous n’avons eu aucune information de ce type ni par la ville, ni dans la presse nous semble-t-il.

Au même moment arrive un couple muni de son invitation. Ce qui nous étonne c’est qu’il trouve ce sésame « des privilégiés » tout à fait normal alors que nous le savons militant écologiste. Voyez-vous naïvement nous pensions qu’il aurait défendu, d’un part, l’idée que la journée du patrimoine était mal choisie pour réserver le lieu à une sélection de citoyens, d’autre part, d’une façon générale dans l’esprit de la participation citoyenne n’est-il pas logique de militer pour que lors d’organisation de visite restreinte un registre soit ouvert afin que chaque citoyen et citoyenne du plus humble au plus puissant puisse s’inscrire à concurrence des places disponibles. Cette église n’est-elle pas justement la propriété de tous les citoyens, la sélection en pareil cas nous reste en travers de la gorge.

L’ambiguïté – c’est quoi le savoir vivre ensemble?

Depuis les années 2000 je suis sollicité pour être tantôt président, tantôt assesseur au bureau de vote 123 à Roubaix. Par le passé, nous vivions ensemble dans le respect des convictions de l’autre. A midi la mairie nous apportait un choix de boissons : jus de fruit, eau, bière Kronenbourg et un choix de sandwich : thon, jambon, fromage.

A partir de 2015 la bière Kronenbourg fut supprimée. Cette année en 2021 le sandwich jambon est supprimé. Soyons honnête, il s’agit bien sûr d’un choix culinaire attaché à une religion.

Cette année pour la première fois notre présidente, au demeurant des plus sympathiques, porte l’hidjab, voile religieux porté par les femmes musulmanes. Il me semble que dans une république laïque, qui plus est dans un bureau de vote qui se doit d’être neutre, le port d’un signe religieux ostensible n’a pas sa place. Même si je n’en tire aucune fierté, en réaction vis-à-vis de nos édiles qui ne mettent aucune limite je me suis permis de fabriquer sur place une croix chrétienne et de la poser sur ma chemise. Pourtant, j’ai la conviction qu’ensemble musulmans et non musulmans il nous appartient de se fixer des limites. C’est la condition du vivre ensemble. Mais cela ne doit pas être à sens unique.

Dans les trois points que j’expose : nourriture, boisson, signe religieux on impose à autrui dans notre bureau de vote de vivre selon la culture ou les interdits religieux de l’autre. C’est précisément ce qui faut combattre car cela conduit au rejet de l’autre.

Devrais-je la semaine prochaine venir avec ma croix, mon sandwich, ma bière pour rester moi-même ?

COGITATION SUR L’ECOLOGIE ET L’ANTISPECISME

J’ai été amené pendant les vacances et la quatorzaine pour Covid 19 à échanger plus longuement avec mes petits-enfants et des amis sur ce que j’appelle « le galimatias des Verts ». Lors de ces échanges j’ai écrit le fruit de mes recherches. Il m’a semblé qu’il pouvait être utile de le partager pour que chacun puisse mieux saisir combien nous sommes instrumentalisés par le rouleau compresseur du politiquement correct. D’autant qu’à mon grand étonnement alors que je recevais un jeune de 24 ans première année universitaire en poche aujourd’hui au travail, je fus stupéfait qu’il n’avait aucune idée de ce que pouvait-être « La convention citoyenne pour le climat ». Il surfait simplement sur l’air du temps des bienfaits écologiques. Qui pourrait-être contre le jardin d’Eden !

Sur la convention citoyenne pour le climat.

Elle avait pour objectif de chercher les mesures permettant de baisser les émissions de gaz à effet de serre tout en prenant en compte les aspirations du peuple. D’entrée on subodore que l’homme est le principal responsable des changements climatiques constatés, il convient donc de chercher la parade. Notre Président lance la convention sur ces bases : que veut le peuple, qu’elles sont les parades ?

Cent cinquante citoyens lambda sont tirés au sort. Oui mais, les heureux élus peuvent accepter ou refuser et ainsi de suite jusqu’à obtenir 150 volontaires. Si vous n’avez pas d’activité ou si vous êtes « combattant écologiste » vous acceptez sachant qu’il y a quand même un budget de 1.507.879 € de prévu pour vous dédommager (en moyenne 10000 € par personne). Finalement, le panel retenu n’a plus rien à voir avec le peuple de France dans sa diversité.

Presque autant de garants, experts, professionnels … sont nommés pour orchestrer les débats aussi nos citoyens se trouvent bien sous contrôle. En y regardant bien, on constate que tout ce petit monde est déjà engagé dans le domaine environnemental, tous avec une analyse apocalyptique de la situation de la planète. C’est le cas par exemple pour M. Jean Jouzel fondateur du GIEC, Thierry Pech, Laurence Tubiana, Cyril Dion tout sauf neutre. La sagesse aurait voulu que soient invitées des personnalités qui n’ont pas la même vision des choses. Je pense, par exemple : à Claude Allègre auteur de « L’imposture climatique », « La Fausse écologie », Laurent Cabrol auteur de « Si la France s’en sortait toute seule », Christian Gérondeau auteur « CO2, un simple mythe planétaire, Maud Fontenoy auteur des rubriques « A contre-courant » mais aussi l’instigatrice de la fondation pour préserver les océans, Philippe Verdier auteur de « Climat investigation ».

Maintenant si vous prenez le temps de lire les 231 pages du rapport final, vous conviendrez qu’il s’agit bien du travail d’experts engagés, le contraire de ce qu’on peut lire dans le préambule : « … nous ne sommes pas des experts … ». Cerise sur le gâteau la gouvernance est parvenue à transformer nos gaulois : la majeure partie des propositions ont été adoptées à plus 90%, quelques-unes atteignent le score de 99%. C’est une parenthèse « Soviet » qui en dit long.

Dans cette affaire j’ai l’impression que notre Président en installant cette convention a fait sienne la phrase de Talleyrand : « En politique, il n’y a pas de convictions, il n’y a que des circonstances ».

Ce à quoi il faut s’attendre.

https://lvatv.ca/2020/08/03/france-des-agriculteurs-et-des-deputes-veulent-le-retour-des-semences-enrobees/

La réalité de la vie va vite reprendre le dessus. Le Président a déjà écarté ce qui aurait pu mettre dans la rue non plus des Gilets jaunes mais cette fois des Gilets rouges. A savoir : la réduction de la vitesse à110 km/h sur autoroute, l’instauration de nouvelles taxes et l’introduction dans la constitution d’un texte qui placerait l’environnement au-dessus de nos valeurs fondamentales. Aujourd’hui, la ministre de l’écologie, Barbara Pompili, elle-même l’instigatrice de la loi en 2016 sur l’utilisation des néonicotinoïdes suspend leur interdiction pour sauver la filière betterave. Demain si elle veut sauver les producteurs de fruits de la Drôme et du Vaucluse elle autorisera certains insecticides. Après demain elle trouvera que l’utilisation du glyphosate utilisé avec parcimonie tout en protégeant l’opérateur ce n’était pas un produit aussi néfaste que cela. Les entraves à l’esprit du chapitre ne manquent pas. Les derniers en date la remise en question par M. Bruno Le Maire de la régulation du trafic aérien et par notre Président l’abandon du projet d’une étude indépendante sur l’installation de la 5G. « En politique, il n’y a pas de convictions, il n’y a que des circonstances ».

Personnellement

Bien sûr, je ne conteste pas le réchauffement climatique mais je conteste qu’il soit de la seule responsabilité de l’homme. De tout temps notre planète a subi des évolutions climatiques bien avant le développement économique, bien avant la multiplication de nos populations.

Il y a bien des rubriques parmi les propositions de la convention qui portent sens. Il n’est pas inutile de s’en inspirer mais je deviens très réservé quand je vois le nombre de fois où les préconisations comportent les mots : contraindre, (par ex : les propriétaires), obliger (par ex : ceux qui possèdent une chaudière au fuel), interdire, rendre obligatoire (par ex : l’affichage des émissions de gaz à effet de serre dans les commerces !), imposer (par ex : un % de vrac).

Pour combattre le réchauffement climatique et réussir le développement durable, l’essentiel à mes yeux, nous avons besoin d’un peu de raison surtout pas de sectarisme. De tout temps, l’intelligence de l’homme, la science nous ont permis de sortir des pièges qui nous étaient tendues. C’est dans ce sens qu’il faut investir et militer pas dans le catastrophisme. Sur le plan humain il me semble utile d’instruire. La planète ne peut pas nous donner plus que ce qu’elle possède aussi faut-il sans doute œuvrer à développer dans le monde le planning familial. Sur le plan de la science je m’étonne que l’on soutienne si peu le développement de la filière hydrogène et que « les Verts » ignore dans leur propagande le projet ITER à savoir la production d’électricité nucléaire sans pratiquement aucun déchet dangereux.

Si les « Verts » veulent développer la pauvreté en France qu’ils continuent à matraquer : notre savoir-faire nucléaire, notre industrie automobile à propulsion essence et diesel, notre industrie aéronautique, notre agriculture, nos éleveurs, toute la filière Seveso (ces activités génèrent plus 1.500.000 emplois en France à laquelle il convient d’ajouter les emplois induits). La sagesse voudrait que l’on continue à améliorer sur le plan écologique toutes ces activités, ce que font d’ailleurs nos industriels, mais sûrement pas de les détruire.

Si les « verts » veulent saper un peu plus le moral des français qu’ils continuent à s’en prendre aux arbres de Noël, au Tour de France, aux échevins de Lyon, aux chasseurs responsables, aux delphinariums …

Sur la poussée des antispécistes déguisés en défenseur des animaux

On m’a demandé comme cadeau d’anniversaire de faire un don à l’association « L214 ». J’avais déjà entendu parler de cette association qui défend en étendard « Le bien-être animal ». Quel homme sage peut vouloir gratuitement du mal à un animal. Mais la sagesse voulut également que j’approfondisse les actions de cette association avant de lui donner le sou.

Je découvre alors que L214 est devenue dans sa catégorie la plus riche de France depuis qu’elle est financée par la fondation américaine Open Philanthropie Project elle-même financée par George Soros, un milliardaire haut en couleur qui sait faire du fric.

Sous le couvert de la protection animale, L214 milite pour une viande alternative cultivée. Mais en fait elle est surtout en cours de permette à des opportunistes de créer une nouvelle filière industrielle d’où l’arrivée de fonds d’organisations habillées de philanthropie. S’ils arrivent à leur fin, il y beaucoup d’argent à la clé. La souffrance animale n’est pas leur véritable problème me semble-t-il.

L’association L214 est très forte pour jouer sur la sensibilité de bonnes âmes. Elle est spécialiste des images chocs chassées dans des abattoirs de-ci delà en oubliant de dire que si des incidents existent forcément, comme dans toute organisation humaine, ils sont sanctionnés. Ce fut le cas dans l’abattoir d’Arcadie qui s’est vu suspendre son agrément. Les abattoirs sont en réalité soumis à des règles sanitaires stricts. A chaque abattoir est affecté un vétérinaire d’état qui doit vérifier que l’animal a bien été étourdi avant la saignée. Chez Arcadie le vétérinaire n’a pas fait son travail ce n’est pas suffisant pour jeter le discrédit sur toute une profession. Notons que pour l’étourdissement obligatoire il y a une dérogation en France pour l’abattage rituel casher et halal, L214 serait bien avisée d’être plus active sur ce point. Je la trouve très conciliante sur ce sujet.

Plus malsain encore pour moi est la campagne de L214 vis-à-vis de la filière fromagère notamment avec leur slogan : « Roquefort, souffrance d’origine garantie ». Quand on prend le temps de lire le cahier des charges de « l’AOP roquefort » on comprend que cette filière fromagère se préoccupe d’abord du bien-être animal. Elle prend grand soin de ces brebis. L214 qui s’inquiète tant des brebis productrices de lait ne semble pourtant pas très tourmentée par les loups qui les déciment dans les pâturages de montagne. Bien-être pour les loups peu utiles, souffrance animale pour les brebis nourricières : double langage !

https://www.dici.fr/actu/2014/05/26/alpes-de-haute-provence-une-quarantaine-de-brebis-agneaux-tues-cours-d-une-attaque-de-loup-larche-339489

Toutes ces associations qui prétendent défendre le bien-être animal renient une nourriture animale pourtant vieilles de 12000 l’an avant Jésus Christ. Cette nourriture est utile et nécessaire pour l’humanité. J’encourage chacun à se procurer le livre de Sylvie Brunel « Pourquoi les paysans vont sauver le monde » édition Buchet/Chastel. Les sujets traités vont au-delà de l’élevage mais l’ouvrage permet de se préserver des manipulations dont nous sommes l’objet sur le bien-être animal et l’écologie façon jusqu’au-boutisme.

C’est clair pour ma part pas un sou pour L214, je préfère de loin continuer à financer des associations qui combattent la faim sur notre planète : CARE France, l’Univers …  Vingt-cinq mille personnes meurent de faim chaque jour dans le monde. Bien sûr même cette triste réalité qui concerne les humains ne permet pas de se désintéresser de la souffrance animale. Il faut aussi la combattre mais pas à la façon de L214 qui développe pour finir une idéologie antispéciste à des fins industrielles profitables.

C’est d’ailleurs la même chose des autres associations qui traitent du même sujet ou de ces trois patrons de la tech qui lancent l’idée d’un référendum d’initiative partagée sur la cause animale. Ils s’en prennent plus particulièrement à la chasse qui pourtant participe à maintenir l’équilibre animal nécessaire dans notre environnement faute de quoi vous verriez, par exemple, des hordes de sangliers envahir et détruire les cultures céréalières. Là encore, si vous fouillez un peu vous voyez que nos 3 compères pensent aussi à investir dans des usines destinées à produire de la viande créée en laboratoire.

Cette cogitation sur les écologistes et les antispécistes me conforte dans l’intime conviction que toutes les idéologies menées jusqu’à l’extrême sont à fuir.

Contribution au « Grand débat »

C’est une réelle révolution de penser et d’agir qu’il faut espérer à la suite de ce « Grand débat ». Impossible de satisfaire toutes les demandes contradictoires qui fusent de partout. Si c’est simplement pour en revenir à des solutions qui n’ont rien apporté jusqu’à ce jour tel que l’ISF tout le monde aura perdu son temps.

Les deux lignes directives qui devraient diriger cette révolution sont :

  • La recherche de la simplification administrative,
  • La refonte des aides sociales et de l’imposition.

L’imposition.

D’une demande de la suppression des nouvelles taxes écologiques sur le carburant, nous sommes passés principalement à la demande du rétablissement de l’ISF.

Nous avons connu : IGF 1982, ISF 1989, IFI 2017 et la rue crie que la pauvreté n’a jamais été aussi importante. Autrement dit, depuis 1982 cet impôt sur la fortune n’a rien solutionné. A écouter la révolte ce serait même le contraire, on galère de plus en plus.

Proposition : engager une refonte complète des impositions avec comme maître mot « Simplification ». C’est le moment de tirer profit de la mise en place du prélèvement à la source.

Il me semble qu’il faudrait se donner comme objectif d’appliquer le prélèvement à la source sur tous les revenus : salaires, bénéfices de tous ordres, mobilier, bénéfice du patrimoine… Une simple déclaration annuelle de tous nos revenus déterminerait le taux de prélèvement adressé à tous les gestionnaires des revenus.

En même temps on supprimerait toutes les niches fiscales qui concourent à l’injustice entre les citoyens.

Les cotisations syndicales, les dons … seraient traitées par un abondement versé par l’Etat aux organismes en fonction des sommes reçues par les donataires. Exemple : vous adressez 25 € à un organisme bénéficiaire de l’avantage fiscal, l’Etat lui verse 50 ou 75 €.

Sur les bulletins de salaire du type CESU une ligne intégrerait le crédit d’impôt.

Le barème de l’impôt sur le revenu serait adapté à la refonte de l’imposition.

Pour percevoir des aides sociales c’est le revenu fiscal de référence qui enclencherait les aides. Les personnes vivant sous le même toit formeraient un foyer fiscal. Leur imposition deviendrait automatiquement commune. En vivant sous le même toit on devient solidaire. Fini les tricheries sur les personnes dites isolées alors qu’il n’en n’est rien.  

La TVA pourrait être répartie en 4 taux au lieu de 3 actuellement :

  • 5% sur les produits de nécessité absolue et sur tout ce qui entoure les avancées d’une transition écologique réussie.
  • 10% sur les produits et les prestations de l’artisanat.  
  • 20% sur le reste à l’exception des produits de grands luxes.
  • 25% pour les produits de grands luxes. Une somme à déterminer marquerait le seuil à partir duquel un produit serait considéré de grand luxe.

Création d’une mesure qui veillerait à ce que tous les dirigeants des sociétés ayant leur siège en France payent leurs impôts en France. Toutes les sociétés françaises et étrangères payeraient l’impôt sur les sociétés en France en fonction du chiffre d’affaires réalisés dans notre pays.

Lors de l’établissement du budget annuel de l’Etat, les dépenses ne devraient plus pouvoir dépasser les recettes prévisionnelles des impôts, hormis les dépenses d’emprunt sur les investissements productifs de bénéfices à terme.

La contribution de solidarité payée par l’Etat.

Toutes les aides seraient regroupées en une seule ligne et fixées en fonction du revenu fiscal de référence, afin que chaque foyer puisse vivre dans la dignité. L’effort du travail serait toujours récompensé par rapport à l’inactivité.

Pour ceux qui n’ont aucun travail ils seraient invités à donner un peu de leur temps pour des travaux d’intérêt général ou encore de participer à des ateliers de mise à niveau.

L’indemnité de chômage en cas de perte d’emploi est remplacée par la contribution de solidarité. Chacun serait invité à se couvrir de façon plus conséquente, s’il le souhaite, en souscrivant une assurance individuelle privé pendant sa période d’activité.

Les retraites. L’Etat met en œuvre sa promesse de campagne : tout le monde sur le même pied d’égalité. Un euro cotisé égal une retraite équivalente pour tous avec les mêmes critères pour le départ à la retraite. Fin des régimes spéciaux.

L’organisation de l’Etat

Stop au « millefeuille administratif » : la Présidence et son gouvernement, l’Assemblée nationale ramenée à 350/400 députés, les Conseils Régionaux, les collectivités territoriales de communes devraient suffire sachant que l’organisation parlementaire de l’Union européenne vient encore s’ajouter.

Tous les frais des élus doivent-être justifiés pour prétendre à un remboursement. Leurs montants sont limités à un plafond.

Le casier judiciaire doit-être vierge pour pouvoir se présenter à une élection.

Ce sont les assemblées régionales (plus proches des citoyens et des zones rurales) qui devraient prendre la place du Sénat, à moins que celui-ci continue à fonctionner avec un nombre réduit de représentants envoyés des Conseils Régionaux et des collectivités de communes porteurs des délibérations des dits conseils.

Il y a dans cette réforme un moyen de réellement diminuer les dépenses de l’Etat et de supprimer les interférences de compétences.

Les élus de l’Etat gardent pendant leur mandat le régime de retraite dont ils profitaient de par leur ancienne profession sachant qu’ils ne peuvent se présenter à une élection avant d’avoir travaillé 5 ans dans le privé ou dans une administration.

Le non cumul des mandats reste la règle. Par contre, l’élu peut se représenter autant de fois qu’il le souhaite. Ce sont les citoyens qui décident ou non de sa réélection.

Suppression de toutes les hautes autorités, des organismes et commissions de tout type qui ne peuvent pas justifier d’un travail utile auprès des citoyens. Pour les organismes qui subsisteraient leurs membres devraient justifier de leur temps de travail et les remboursements de frais se feraient sous justificatifs.

La cour des comptes ne travaille plus pour la gloire, elle devient une autorité qui peut contraindre à la mise en œuvre de ses préconisations pour corriger les dérives de nos administrations.

Les élections.

La carte électorale dument tamponnée lors des élections devrait apporter des priorités. Système à déterminer.

Le vote blanc doit être pris en compte. Si le vote blanc arrive en tête au premier tour, la consultation est reportée à 1 an. Ceux qui étaient en fonction restent en place pendant la période de la nouvelle campagne. Les têtes de file qui s’étaient présentés sans obtenir l’approbation du peuple ne peuvent plus se représenter. Aux nouveaux prétendants de nous proposer autre chose.

RIC – Démocratie participative.

Avant de mettre en œuvre un grand projet nos élus devraient être contraints de consulter les citoyens, de publier la synthèse de la consultation et enfin de justifier le choix retenu en expliquant pourquoi certains souhaits émis par les citoyens n’ont pas pu être retenus.

Oui pour le référendum d’initiative populaire (reste son introduction et sa mise en œuvre à définir), oui pour le référendum prévu à la Constitution de la 5émé République. Mais que ce soit l’un ou l’autre l’objet de la consultation ne devrait être adopté que si 55% voire 60% des votants sont pour. Ceci éviterait de monter une moitié de la France contre l’autre. A 51% on ne peut pas parler d’un franc souhait du peuple.

Organisation de notre société.

Chacun demande le respect de la différence. Les hétérosexuelles forment un foyer en se mariant. Les homosexuelles, mais aussi toute personne désirant vivre ensemble, auraient pu avoir une reconnaissance sur la forme d’un certificat de vie commune (nom à déterminer) donnant exactement les mêmes droits en toute chose y compris en matière de succession. Aucune discrimination dans cette façon de voir les choses mais simplement la reconnaissance dans le respect de la différence.

PMA / GPA. Si l’on respecte la différence on conviendra que la nature est ainsi faite : l’enfant naît de l’union d’un homme et d’une femme. A partir de l’adolescence pour son équilibre, l’enfant a besoin de connaître ses origines. Il faudrait en rester à ce bon sens.

Faut-il pour autant refuser aux autres couples de donner leur amour à un enfant ? Sûrement pas et ils doivent être éligibles à l’adoption. De cette façon on passe du droit à l’enfant (le désir) aux droits de l’enfant victime des aléas de la vie de recevoir de l’Amour. Un référendum s’impose.

La transition écologique

Si la France agit seule dans son coin, ses actions deviennent nulles en matière d’efficacité. Pire, elles nous enfoncent économiquement.

Proposition :l’issue passe par l’Union européenne. La France doit déléguer un peu de sa souveraineté à l’Union européenne pour qu’elle puisse traiter cette transition à égalité avec ses partenaires. Des actions communes, menées en même temps par les 28 avec les mêmes charges, les mêmes obligations, auront l’avantage de devenir efficaces pour la planète et n’affaibliront pas notre pays sur le plan économique.

Par ailleurs, de façon à ne pas mettre en place de fausses bonnes solutions qui détruisent nos emplois au profit de l’Asie c’est sur la recherche qu’il faut mettre tous les moyens des 28 pour réussir la transition économique.

Un exemple d’une fausse bonne solution : les batteries au lithium ; les plus gros producteurs sont asiatiques et l‘extraction de la matière première pose un réel problème pour la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres nous pourrions aussi parler de l’Allemagne qui produit une partie de son électricité par l’utilisation de combustibles fossiles après avoir proscrit l’énergie nucléaire, elle participe de ce fait de façon conséquente aux émissions de gaz à effet de serre (réchauffement climatique).

L’immigration.

C’est à nouveau l’Union européenne qui peut réguler le flux migratoire en s’organisant à 28 au frontière de l’Union européenne. Dés que l’on est en capacité de donner du travail, de loger décemment les personnes qui désirent venir vivre dans l’Union européenne il n’y a aucune raison de ne pas les accueillir sous réserve toutefois que les postulants acceptent le respect des valeurs que nos peuples européens ont acquis parfois de longues luttes. La cohésion sociale si importante pour un vivre ensemble paisible repose sur l’acceptation par tous de valeurs et de codes communs. Un référendum s’impose.

Quand l’Union n’est plus en capacité d’intégrer dignement elle doit s’astreindre à apporter son aide dans les pays en souffrance.

La sécurité, la justice.

Il faut impérativement punir sans report tous les actes de délinquances y compris ceux de mineurs à partir de 15 ans.

Il ne s’agit pas de mettre tout ce monde en prison mais de répondre sans délai par des peines proportionnées : amendes, travail d’intérêt général, passage court dans un établissement spécialisé, régime de semi-liberté. Le délinquant arrêté par la police ne devrait plus pouvoir la narguer quelques heures après son arrestation.

La justice est malade dans son fonctionnement. Les avocats jouent avec les délais : « Monsieur le Président je viens de recevoir les pièces de la partie adverse je demande un report à un mois… » C’est insupportable pour celui qui attend le jugement de son affaire et qui s’est déplacé au tribunal. Ces reports s’ils sont justifiés devraient être traités avant les audiences par communication informatique.

Philippe Delannoy, le 28 février 2019

Suite courrier du 15/11/2018 à Mme OSSON

Bonjour Madame Osson,

Nous nous sommes croisés hier au Grand débat national organisé à Roubaix. Je vous ai fait part de ma déception que vous n’ayez pas pris le temps au moins d’accuser réception du courrier du 15 novembre envoyé sur votre site à l’assemblée. Je vous demandais de le transmettre à M. le Président, je ne sais pas si cela a été fait. Je l’insère en pièce jointe.

Par un comportement malheureux que je connais bien de la part du plus grand nombre des élus ni Vous, ni le Président, ni les membres du gouvernement ont pris en considération ce que, avec beaucoup d’autres, je pouvais vous dire. Vous avez vu le résultat. Il a fallu attendre l’acte 3, donc le début des violences pour vous vous disiez : « Nous devrions peut-être écouter ces personnes modestes ». Il était trop tard et vous avez tout gâché ce que vous aviez entrepris avec le Président. Maintenant le mouvement est entre les mains des extrêmes et des voyous.

Bien sûr, je m’investirai dans le Grand débat et je vous transmettrai ma contribution. Peut-être même j’organiserai un débat avec mes amis du collectif « Roubaix Aujourd’hui et Demain » s’ils le souhaitent.

Je profite de cet échange pour vous dire que je suis toujours frappé de l’insistance avec laquelle vous déclarez dans la presse que vous êtes une femme de gauche. J’ai soutenu LREM parce que j’avais cru comprendre que le mouvement dépassait le clivage gauche/droite. Reconnaissez que la dernière mandature, pendant laquelle le PS a tenu la Présidence, l’Assemblée, le Sénat, les Régions, la majorité des communes, du jamais vu, n’a pas apporté la preuve que la gauche ancien schéma pouvait relever notre pays et satisfaire l’attente des citoyens. Etes-vous vraiment de LREM ou c’est seulement une opportunité du moment qui était à saisir ?

Enfin pour ajouter au fait qu’un jour de simples citoyens se retrouvent à défiler avec un gilet jaune je vous joins trois courriers :

1er : adressé à Mme Belloubet le 8 juillet 2018. Aucune nouvelle.

2ème : adressé à M. le directeur de l’URSSAF le 8 juillet 2018, rejeté, envoyé à M. Darmanin le 24 août ; réponse du chef de cabinet le 21 septembre 2018, références ACP/MEFI-D18-01998. Depuis cette date plus aucune nouvelle.

3ème : adressé à Mme Buzyn le 22 août2018. Aucune nouvelle.

Ces courriers sont importants pour la petite SCI que je gère.

Vous le voyez notre administration est malade. Nos élus transmettent ou pas les demandes des citoyens aux services compétents ? Je n’en sais rien, mais ce que je sais c’est qu’ils n’ont pas été capables de s’entourer de collaborateurs qui contrôleraient la finalisation des dossiers transmis. La pagaille continue. Elle finit par accoucher des Gilets jaunes. Je n’avais pas voté M. Macron pour cela.

Bien respectueusement,

Philippe Delannoy, le 22 janvier 2019

Le vœu 2019 Un rêve étrange

Un rêve étrange m’a envahi la nuit de la St Sylvestre. Bec et ongles « 33 millions de français » s’époumonaient pour préserver leur souveraineté pendant qu’une image terrifiante se présentait à mes yeux. Un géant chinois broyait dans sa main mes concitoyens tout en parcourant notre belle France. Tout puissant, il s’appropriait au passage nos vignobles, nos ports, nos aéroports, nos clubs de loisirs et de football, nos hôtels, nos champs de blé, notre lait, le reste de notre industrie… (1)

Un autre géant naissant, indien, s’apprêtait à agir de la même façon. Les russes et les américains ricanaient. Des radicaux salafistes, des frères, des wahhabites décrétaient l’instauration de la charia. Le Royaume Uni s’effondrait doucement. Nous aussi.

C’est alors qu’éclata dans le ciel le plus beau feu d’artifice qu’il me fût donné de contempler jusqu’à ce jour. Simultanément, une étoile brillante s’échappa de la main du géant, notre bourreau. Elle alla rejoindre 27 autres étoiles brillantes suivies bientôt d’autres. Ensemble, ils formèrent dans une « civilisation commune » (2) un seul soleil. Le géant envahisseur brûlé dut s’éloigner. Naissait sous mes yeux les Etats-Unis d’Europe.

En effet, forts des existants en Europe, tels les 16 Länder de l’état fédéral allemand ou encore de la Confédération Suisse (3), déjà 28 pays de l’Union européenne venaient d’accepter le principe d’abandonner un peu de leur souveraineté sur les seuls sujets régaliens (défense, sécurité, justice, diplomatie, monnaie, fiscalité, enjeux climatiques, monde numérique) de rédiger une constitution fédérale, simple à lire, de quelques pages, d’élire démocratiquement deux Chambres et un Président tout en préservant pour chaque état fédéré le principe de subsidiarité. Sous le respect du principe de subsidiarité chaque pays continua à décider de ses orientations dans les domaines de ses originalités et du quotidien : la culture, l’éducation, la santé, le social plus simplement toutes les problématiques (4) qui n’impliquent pas un rapport de force avec les grandes puissances concurrentes et dominatrices.

Réveil.

Je reste fou, je rêve que tout cela devienne réalité en 2019. Voici donc le vœu que je souhaite à l’aube de cette année nouvelle à toute ma famille, tous mes amis, aux français et aux européens. C’est l’avenir de nos petits enfants qui se joue.

Philippe Delannoy

  • Lu dans la presse ; déjà d’actualité : Cent Châteaux acquis dont, Brégnet, Tour St Pierre, Clos Bel-air, Larteau, Senillac ; l’aéroport de Toulouse-Blagnac ; le club MED ; L’AJ Auxerre, OGC Nice, l’Olympique lyonnais ; Campanile, Hôtels & Préférence, Kyriade … ; dans l’Indre 1700 ha ; l’essai de Synutra ; sans parler des prises de participation.
  • La place égalitaire réservée à la femme ; le respect des minorités religieuses ou sexuelles.
  • D’autres exemples : l’Autriche, la Belgique, la Russie, ; on peut ajouter l’Espagne et le Royaume uni qui fonctionnent comme une fédération.
  • Ces problématiques occupent à tort nos instances à Bruxelles puisqu’elles se trouvent empêchées de traiter les sujets régaliens bloqués par le vote à l’unanimité. 

Le Voeu 2019

Un rêve étrange m’a envahi la nuit de la St Sylvestre. Bec et ongles « 33 millions de français » s’époumonaient pour préserver leur souveraineté pendant qu’une image terrifiante se présentait à mes yeux. Un géant chinois broyait dans sa main mes concitoyens tout en parcourant notre belle France. Tout puissant, il s’appropriait au passage nos vignobles, nos ports, nos aéroports, nos clubs de loisirs et de football, nos hôtels, nos champs de blé, notre lait, le reste de notre industrie… (1)

Un autre géant naissant, indien, s’apprêtait à agir de la même façon. Les russes et les américains ricanaient. Des radicaux salafistes, des frères, des wahhabites décrétaient l’instauration de la charia. Le Royaume Uni s’effondrait doucement. Nous aussi.

C’est alors qu’éclata dans le ciel le plus beau feu d’artifice qu’il me fût donné de contempler jusqu’à ce jour. Simultanément, une étoile brillante s’échappa de la main du géant, notre bourreau. Elle alla rejoindre 27 autres étoiles brillantes suivies bientôt d’autres. Ensemble, ils formèrent dans une }civilisation commune~ (2) un seul soleil. Le géant envahisseur brûlé dut s’éloigner. Naissait sous mes yeux les Etats-Unis d’Europe.

En effet, forts des existants en Europe, tels les 16 Länder de l’état fédéral allemand ou encore de la Confédération Suisse (3), déjà 28 pays de l’Union européenne venaient d’accepter le principe d’abandonner un peu de leur souveraineté sur les seuls sujets régaliens (défense, sécurité, justice, diplomatie, monnaie, fiscalité, enjeux climatiques, monde numérique) de rédiger une constitution fédérale, simple à lire, de quelques pages, d’élire démocratiquement deux Chambres et un Président tout en préservant pour chaque état fédéré le principe de subsidiarité. Sous le respect du principe de subsidiarité chaque pays continua à décider de ses orientations dans les domaines de ses originalités et du quotidien : la culture, l’éducation, la santé, le social plus simplement toutes les problématiques (4) qui n’impliquent pas un rapport de force avec les grandes puissances concurrentes et dominatrices.

Réveil.

Je reste fou, je rêve que tout cela devienne réalité en 2019. Voici donc le vœu que je souhaite à l’aube de cette année nouvelle à toute ma famille, tous mes amis, aux français et aux européens. C’est l’avenir de nos petits enfants qui se joue.

Philippe Delannoy, le 1er janvier 2019

(1) Lu dans la presse ; déjà d’actualité : Cent Châteaux acquis dont, Brégnet, Tour St Pierre, Clos Bel-air, Larteau, Senillac ; l’aéroport de Toulouse-Blagnac ; le club MED ; L’AJ Auxerre, OGC Nice, l’Olympique lyonnais ; Campanile, Hôtels & Préférence, Kyriade … ; dans l’Indre 1700 ha ; l’essai de Synutra ; sans parler des prises de participation.

(2) La place égalitaire réservée à la femme ; le respect des minorités religieuses ou sexuelles.

(3) D’autres exemples : l’Autriche, la Belgique, la Russie, ; on peut ajouter l’Espagne et le Royaume uni qui fonctionnent comme une fédération.

(4) Ces problématiques occupent à tort nos instances à Bruxelles puisqu’elles se trouvent empêchées de traiter les sujets régaliens bloqués par le vote à l’unanimité.

Acte 5- oui ou non

 

Bonjour à tous nos lecteurs,

Nous étions « Gilets jaunes » les 17 & et 24 novembre à Lille sans casser, sans violence. Ils nous apparaissaient urgent d’attirer l’attention du Président et de son gouvernement sur le fait que le peuple, celui des bas revenus, n’avait plus la capacité d’absorber la kyrielle de taxes diverses et variées.

Malheureusement, ils n’ont pas été capables de prendre conscience que ce mouvement de rue initié par le peuple aux faibles revenus et soutenu par d’autres plus aisés s’apparentait à un véritable référendum populaire. Ils n’y ont pas cru. Ils sont restés sur l’utopie que la France, seule, pouvait, en écrasant de taxes le peuple français, s’attaquer au réchauffement climatique comme leur avait soufflé M. Hulot juste avant de disparaître. Il eut mieux fallu tailler dans le gras des dépenses de la République comme M. Macron nous l’avait laissé entendre lors de sa campagne : assez de subventions aux syndicats, aux partis politiques, trop de doublons entre les départements, les régions, l’Assemblée nationale, le Sénat, trop de prébendes, de places de connivence, d’emplois inutiles, trop d’usines à gaz mise en place qui paralysent notre administration de tâches sans valeur …

Ils ont cru pouvoir laisser pourrir le mouvement, pire, ils ont versé de l’huile sur le feu en affirmant qu’ils maintiendraient toutes les taxes, pour notre bien ! Mais comme ce n’était pas suffisant à leurs yeux ils décrétaient que d’ici 10 ans il n’y aurait plus de chauffage au fuel en France, …

Résultat, les casseurs professionnels ont senti l’aubaine, ils se sont invités au milieu des Gilets jaunes déçus. Avec ou sans gilet ils se sont mis à casser du flic, détruire le bien commun, piller les commerces. Les politiques les plus en vue demandeurs d’une révolution, M. Mélenchon et Mme Le Pen, les encouragent sous couvert d’aider les vrais Gilets jaunes. Ils se sentent déjà tout proche du pouvoir. Ils oublient simplement qu’ils sont antagonistes. Par conséquent, leur appel unitaire à la révolution ne peut pas avoir d’issue profitable pour le peuple. Voilà comment quelques Gilets jaunes manipulés au contact des révolutionnaires se mettent à réclamer tant de choses, qu’il est impossible de les satisfaire.

Bien sûr en ce qui nous concernent nous avons rangé notre Gilet jaune le temps que le président et son gouvernement puissent mettre les mesures annoncées en œuvre. Dire que si au lendemain du 17 novembre ils avaient suspendu toutes les nouvelles taxes prévues en 2019, levé le pied sur les 80 km/h et leur conséquence en termes d’amende en même temps qu’ils ouvraient une grande concertation nationale suivie d’un référendum pour trancher ; l’apaisement constructif aurait été assuré.

Maintenant, il ne reste plus à espérer que la raison reprenne le dessus de part et d’autre.

Bien cordialement,

 

Nota : notre lettre du 15 novembre aux bons soins du député de la 8ème circonscription du Nord à l’attention du Président. A ce jour pas même un accusé de réception de Mme Osso, la députée !