Archives de catégorie : Cadre de vie

Opération « Mon quartier Au sens proche »

ROUBAIXXL mai 2022 annonce page 5

Opération « Mon quartier Au sens proche »

Rendez-vous du jeudi 2 juin à 9h.

 Me voici rue de France à 9h. Personne. Je m’adresse aux habitants puis au régisseur de la salle de sport. Ils ne sont pas au courant. Aimablement le régisseur téléphone à Vivacité. Ses interlocuteurs ne sont pas au courant !!! Il est mis en relation avec un agent de maîtrise qui après renseignement pris lui dit : « Oui il y a quelque chose de prévu mais c’est à 10h.

Première observation : quand on lance une opération de mobilisation dans la revue de la ville tirée à 50.000 exemplaires la moindre des choses c’est de s’y tenir. Cela s’appelle le respect.

J’attends 10h. Aucun citoyen à l’horizon, par contre des petits enfants des écoles primaires arrivent avec leurs enseignants et quelques mamans. Puis une cohorte de voiture de la propreté de la ville, des balayeuses, du personnel à foison investissent la petite place. Quelques agents s’activent les autres regardent.

Deuxième observation : que dit-on aux enfants. On leur donne un cours d’hygiène, on vante tout le matériel déployé, on les informe sur le volume d’ordures ramassé chaque jour par la ville. Un discours contreproductif au regard de l’objectif. L’objectif aurait dû être, en priorité, d’instiller dans l’esprit de ces jeunes enfants qu’ils étaient individuellement et solidairement la cheville ouvrière de la propreté de leur environnement. Là, d’une certaine façon en mettant l’accent sur tous les moyens matériels et humains que la ville met en œuvre on leur explique que la ville s’occupe de tout. Dès lors pourquoi s’investiraient-ils personnellement puisque la ville s’en occupe.

Il fallait leur dire que chacun d’entre eux était l’acteur de la propreté de son quartier, comment :

  • Quand ils mettront leur papier de bonbon dans leur poche pour le jeter dans la poubelle à la maison,
  • Quand ils se baisseront pour ramasser un papier afin de le mettre dans une corbeille de rue,
  • Quand ils ne jetteront plus du pain aux pigeons, (tout en expliquant pourquoi),
  • Quand ils ramasseront les crottes de leur chien,
  • Quand ils interpelleront poliment leurs parents : « Pourquoi papa jettes-tu ton mouchoir dans la rue ? Pourquoi maman jettes-tu mon papier de goûter dans le caniveau ? Pourquoi mon grand frère jettes-tu ta canette de coca sur le trottoir ?
  • Quand ils enlèveront les mauvaises herbes devant la façade de leur maison.

Enfin, il aurait fallu peut-être leur expliquer que tout ce personnel qui ramasse nos incivilités sans relâche, sans jamais voir un profit durable de leur travail pourrait être employé à fignoler la propreté de notre ville en ramassant les poubelles renversées ou en nettoyant les endroits difficilement accessibles…

Conclusion, de la façon dont on s’y prend la propreté de Roubaix, eh bien ! ce n’est pas gagné.

  

 

Caprice climatique

Ouf ! Les prévisions, des prêcheurs d’apocalypse climatique, prévues pour 2020 se sont avérées fausses au 1er janvier 2021. Une bonne raison de rester optimiste et de se préserver des prêcheurs de malheur climatique. Certes un jour les trompètes de l’apocalypse sonneront mais ma conviction reste qu’elles seront la conséquence d’un dérèglement de notre Univers : astéroïde géant, l’extinction de l’étoile solaire … et sur ceci l’homme ne pourra rien. En attendant vivons sereinement.

Prévisions des prêcheurs d’apocalypse à l’horizon de 2020. La réalité au 1er janvier 2021
1978 – Perspective on science/technology annonce
100% de progression des niveaux de CO2.
Réalité – seulement 23%. Pourtant la Chine qui prévoyait à la même époque de les réduire les a augmentés de 85%, l’Inde de 150%.
1986 – Greenpeace annonce le marasme économique des îles du Pacifique à cause du réchauffement climatique. Réalité– l’archipel du Pacifique sud Tuvalu gagne du terrain et a connu une croissance économique sans précédent sur six ans.
1986 – L’EPA prévoit une élévation du niveau de la
mer de 2 pieds (0,61m) pour la Floride.
Réalité – Inférieure à 4 pouces (0,10m).
1987 – James Hansen de la Nasa prédit un réchauffement mondial de 3° C d’ici à 2020. Réalité – la température moyenne a augmenté de 0,44° C.
2000 – Dans The independente : en 2020 la neige sera une chose du passé. Réalité – Mes petits enfants se régalent d’abondantes chutes de neige en Auvergne pour Noël. Madrid redécouvre la neige après 50 ans d’absence ….
2004 – Le Pentagone prévoit des conflits mondiaux pour cause de pénuries de ressources (l’eau notamment) causées par le changement climatique. Réalité – Nous sommes seulement en guerre mondialement contre la Covid 19.
2008 – The Vancouver sun écrit : la neige sur le Kilimandjaro disparaîtra d’ici 2020. Réalité – La neige est toujours là.
2009 – Allen J. Schaben écrit dans Los Angeles Times : les glaciers auront disparu du parc national des glaciers d’ici 2020. Réalité – Ils sont toujours présents.
2013 – Lancaster Eagle Gazette écrit : Arctique libre
de glace d’ici 2020.
Réalité – On n’y est pas encore.
etc.etc.

Bien entendu, il reste nécessaire de garder de bons réflexes écologiques pour notre planète mais j’ajouterai tout en étant pragmatique au regard des enjeux économiques et sociaux. 

Budget participatif – Votez pour notre projet

Votez / SVP

  • Dans le cadre du « Budget participatif de Roubaix 2020 »
  • l’animateur du collectif « Roubaix Aujourd’hui et Demain »
  • a proposé la mise en valeur du fronton Art-déco
  • de l’entrée originelle des bains municipaux, rue des champs.

Parmi les 124 projets, la ville en a retenu 31, dont le nôtre. Ils sont maintenant proposés aux votes des citoyens et citoyennes de la ville et à tous ceux qui y travaillent dont les étudiants.

Si vous trouvez nôtre projet intéressant, sans attendre, soutenez-le par votre vote en lui attribuant le maximum de }cœur~ possible. Faites-le dans la foulée de la lecture de ce message et en tout cas avant le 15 octobre date de la clôture des votes.

Comment : vous tapez sur Internet « budget participatif.ville-roubaix.fr ». Le projet dans la rubrique culture porte le n°29 et vous lui attribuez le nombre de }cœur~ que vous souhaitez dans la limite de 5. Si vous ne disposez pas d’Internet vous pouvez aller voter en mairie de quartier, dans les centres sociaux ….

Plus de détails sur le projet.

Mise en valeur du fronton Art-déco de l’ancienne entrée de la piscine 26, rue des Champs.

                                                                                                                                           

L’entrée du musée La Piscine se trouve rue de l’Espérance ; de ce fait l’entrée originelle de la piscine municipale, 26 rue des Champs est ignorée des visiteurs du Musée. Elle est pourtant remarquable de par son architecture et son histoire.

Le projet introduit au « Budgetparticipatif de Roubaix 2020 » consiste par un jeu de miroir à remettre en lumière de l’intérieur du musée ce magnifique fronton.

Les panneaux miroirs en inox incassable du type Aplico ou John Steel seraient disposés de façon esthétique sur la façade de la salle des sports juste en face du fronton de l’entrée d’origine de la piscine.

Zone de Texte: Effet miroir en exemple
Zone de Texte: Type de miroir inox en exemple

A l’intérieur du musée un panneau masque actuellement le passage vers la rue des Champs. Il serait retiré pour laisser apparaître la porte vitrée. Nous pourrions alors admirer sans sortir du musée, grâce au reflet du miroir, le fronton originel. Un panneau didactique rappellerait que cette entrée est celle conçue à la construction en 1932 par l’architecte Albert Baert, franc-maçon notoire qui ne s’était pas privé d’introduire des symboles de la franc-maçonnerie dans l’œuvre : colonnes, fresques de petites pyramides ainsi que l’idée du passage à la lumière en partant d’une entrée sombre ouverte sur un couloir lumineux de par sa véranda plein ciel.

                                                                                                                                             

Zone de Texte: Type de miroir inox en exemple

                                                                                                                                           

Zone de Texte: Type de miroir inox en exemple

                                                                                                                                             

Zone de Texte: Effet miroir en exemple
Zone de Texte: Type de miroir inox en exemple
Zone de Texte: Effet miroir en exemple
Zone de Texte: Type de miroir inox en exemple

Quand la procédure prend le pas sur la sécurité.

Rapport du 23 janvier 2019 de Philippe Delannoy à Vivacité et Mme Laruelle technicienne.

Transmission à Monsieur le Maire et à la presse

Le 22 janvier faute de pouvoir utiliser l’application qui bug je téléphone en début d’après midi pour signaler un trou d’au moins 30 cm de profondeur de la dimension en surface d’un pied de petit enfant. Situation : au milieu du trottoir, rue de la Communauté Urbaine entre le campanile et le n°18.

Le danger n’est pas négligeable en particulier pour un petit enfant dont le pied pourrait pénétrer dans ce trou en endommageant tout son mollet.

Il m’est dit que l’on allait envoyer un technicien constater et que ce serait remonté à la MEL ! La procédure !

Les bras m’en tombent. J’insiste : « dites à votre technicien de prendre un sac de sable pour parer à l’urgence. », réponse : « impossible, il y a une procédure ».

Le 23 janvier en début d’après midi je repasse voir si les mesures de protection ont été prises. Rien. Je passe à la Mairie avec les photos, impossible de voir une personne de Vivacité. La procédure ! Je suis mis en contact avec Sandrine qui visiblement essaye de trouver une solution, elle prévient de l’urgence.

Effectivement, la technicienne, Mme Laruelle, (orthographe à vérifier) me téléphone pour me dire qu’elle est passée sur place hier et qu’elle a transmis à la MEL. La procédure ! Je lui demande pourquoi elle n’a pas pris de quoi à signaler le trou ou de le boucher avec un sac de sable. Réponse sic : « je ne vais pas me casser le dos ». Je suppose qu’entre un petit effort et le risque d’accident elle privilégie son petit dos. C’est bien sûr une excuse bidon, il suffisait de prendre plusieurs petits sacs ou un piquet avec une pancarte pour le planter dans la cavité.

Je m’énerve devant un tel comportement incompréhensible pour moi. Je suis allé boucher le trou moi-même. Ci-joint les photos. La MEL n’est pas la solution pour ce type de problème, je l’avais dénoncé en 2014 mais mes solutions n’ont pas été écoutées.


Trop de procédures fabriquent des Gilets jaunes !

Philippe Delannoy le 23 janvier 18h mission accomplie.

Ce jolie parc Barbieux – notre regret

Mes parents disaient « Le beau-jardin » et c’est vrai qu’il est beau ce parc. M. Grosclaude, journaliste chez Nord éclair a bien raison dans son point de vue du 26 mars de tancer les esprits chagrins qui ne reconnaissent pas le travail accompli pendant ces trois années de chantier.

Des propositions que nous avions soumises à l’ancienne majorité puis en groupe dans le cadre de RAD (Roubaix aujourd’hui et demain) n’ont pas été retenues et c’est notre regret. Mais pour certaines, il est peut-être encore temps.

Il est question d’un kiosque sur l’ancienne placette des marronniers. Nous préconisons non pas au centre mais à cheval entre la placette et l’Avenue Le Nôtre une scène permanente que les saltimbanques, en herbe ou aguerris, pourraient utiliser sur simple déclaration à la mairie. L’accès à l’avenue Le Nôtre permettrait aux artistes de s’y garer et de déballer facilement leur matériel. Bien sûr, cette même scène jouerait le rôle de Kiosque pour les manifestations organisées par la municipalité.

Auprès de cette scène pourraient-être installées des toilettes publiques confiées à une personne qui les entretiendrait moyennant un coût de 1€ par famille. Une belle aubaine pour les parents qui doivent répondre aux sollicitations pressantes de leurs enfants mais aussi à ceux qui rencontrent des problèmes de prostates ou aux dames qui n’ont plus la capacité de bloquer leur périnée. La vraie vie, en quelque sorte, si souvent absente de la réflexion de nos décideurs.

La présence d’une passerelle, faute d’avoir prévu un tunnel à demi-souterrain pour les voitures, faciliterait la quiétude de la traversée entre les deux parties du parc.

Vient maintenant la chute de l’article du journaliste : « Une beauté qui demeurera infiniment plus longtemps… ». Nous voulons y croire, mais il faudrait pour cela, nous semble-t-il, entreprendre sur un écran géant dans le parc, dans toutes les écoles, les associations de Roubaix et des alentours une action pédagogique sur le bon usage de ce joli parc. En effet, les arbres auxquels les enfants tout sourire se pendent, les pelouses piétinées par des centaines de personnes le weekend et par nos chérubins en trottinettes ou vélos à trois roues, il faut encore ajouter les joueurs de foot et certain joggeur, tous ces comportements individualistes vont vite avoir raison de la beauté du parc. Chacun veut profiter à sa guise du beau jardin sans voir plus loin que le bout de son nez, sans considérer que ce jardin est ouvert à une population dense. Alors il faut des images pour présenter l’aspect d’une pelouse après le passage de centaines de personnes, etc, etc … Bien sûr, il aurait été souhaitable de prévoir des espaces ballons et un chemin souple le long des allées pour les joggeurs (leur largeur le permettait) mais là, ce sera plus difficile à rectifier.

Nous aimons notre ville et c’est pourquoi nous voulons le meilleur pour qu’elle puisse rayonner comme elle le mérite.

,

 

Au camion

L’univers du cirque, c’était bien le 1er octobre 2017, Au camion, 7, rue Archimède à Roubaix. Cette association de quartier vous présentait une suite de magnifiques spectacles. J’y étais avec mes petits enfants. Dommage, Nord Éclair n’y était pas. Il aurait pu vous offrir une page de photos exceptionnelles.
Mais attention, le jeudi 5 octobre, le même journal annonce de nouveau la manifestation pour « ce dimanche 1er octobre ». C’est une coquille. Bien que notre monde nous offre plein de surprises, impossible de revenir en arrière. N’y allez pas « ce dimanche » c’est trop tard. Si un jour vous voyez une nouvelle programmation de « La compagnie du cirque improbable » ou « Le collectif du plateau » ne les manquez plus c’est plein de fraîcheur et d’allégresse. Les acteurs sont des artistes de haut niveau. Ils mériteraient d’être mieux connus.

Pour la 1ère photo,, il faut imaginer que les artistes tiennent à quatre sur un plateau de cuisine.Pour la 2ème, il faut imaginer le bruitage. Pour la 3ème l’étonnement de l’enfant au Musée du diabolo, qui c’était déplacé, c’est un bonheur.

ils sont 4 sur le plateau de cuisine

ils sont 4 sur le plateau de cuisine

il faut y ajouter le bruitage.

il faut y ajouter le bruitage.

l'étonnement

l’étonnement

il faut y ajouter le bruitage.

il faut y ajouter le bruitage.

l'étonnement

l’étonnement

 

Pourquoi j’ai démissionné du « Conseil Citoyen »

Pourquoi j’ai démissionné du « Conseil Citoyen » quartier nord de Roubaix le 11 avril 2017 après avoir participé aux 15 premières réunions dont l’une à la MEL.

J’ai connu les conseils de quartiers créés par le ministre M. Vaillant en 2002. Une fumisterie de démocratie participative en concurrence avec les comités de quartier et qui en outre se trouvaient totalement à la main du maire et de ses adjoints.

Avec la nouvelle équipe municipale, j’ai candidaté pour le conseil citoyen (version 2014 des conseils de quartier commandée par le ministre M. François Lamy).

La mise en place a demandé moult réunions. J’en compte 11 du mois d’octobre à décembre 2015. En janvier, je rejoins la commission cadre de vie. Enfin du concret me dis-je. J’enchaîne alors 4 réunions suffisantes pour comprendre que nous sortirons peut-être une petite action en 2018 voire 2019. Pour ce résultat escompté, j’étais invité en parallèle à participer à des réunions en mairie, à la MEL, à une formation de 4 jours à Paris, à des réunions de quartier directement organisées par la municipalité. Mais ce n’est pas tout, j’étais aussi invité à lire par courriels des pièces jointes de plus en plus longues tel que le contrat cadre de la MEL avec son volet roubaisien, 74 pages en tout petits caractères …

En clair, pour suivre, c’est un travail à mi-temps qui m’était proposé. Ce type d’engagement est accessible à un tout petit nombre : militants politiques, membres d’association, administratifs (de préfecture, mairie, Mel) et aussi aux personnes sans activité friandes de réunions où l’on discute de tout et de rien, où on refait le monde. Bien sûr, le citoyen lambda en activité ne peut pas suivre la cadence et du coup son point de vue échappe à la collectivité. Il est pourtant essentiel puisqu’il est un élément moteur dans la cité. Vous l’avez compris nous sommes en présence d’une usine à gaz inadaptée à une véritable émergence d’une démocratie participative.

Mais alors que faut-il faire ? Réponse : « simplifier ».

Ne soyons pas dupes, ce sont les équipes élues qui  en fin de compte décident dans les municipalités et à la MEL. Par contre, ils ont des comptes à rendre aux citoyens et ils ne devraient pas pouvoir aller à l’encontre de la volonté du plus grand nombre. C’est pourquoi le citoyen lambda devrait pouvoir exiger que sa réflexion, ses attentes soient à la base de chaque projet de ville. Pour ce faire à l’aide d’un courrier (liste électorale) il serait informé de chaque projet avant qu’il ne soit élaboré avec l’invitation de participer pour donner son avis à des réunions programmées ou s’il n’est pas libre de s’exprimer sur un site WEB dédié au projet. Le contenu des attentes des citoyens  serait communiqué en toute transparence sur le site. Le maître d’œuvre (l’équipe municipale et la MEL) devrait en tenir compte et justifier des choix qu’il retiendra. Si sa décision devait aller à l’encontre de l’avis du plus grand nombre un recours devant le tribunal administratif devrait-être possible.

Une suggestion à l’attention de La République en Marche : revoir de fond en comble la structure des lois  de 2002 et  2014 ayant pour objet la participation active et directe des citoyens à la vie de leur cité.

En attendant, j’ai décidé d’offrir mon temps là où je peux être utile. Le 23 août 2017

C’est affligeant

Trois sujets (Transport, Information, Quad), sur la vie de tous les jours, m’ont interpellé ces dernières semaines :

1)Transpole en accord avec la MEL change  le nom de 9 stations de métro. Prenons un exemple, après moult réunions les dignitaires modifient « Croix- Mairie » en « Mairie de Croix » et ainsi de suite… si cela n’avait pas un coût exorbitant, il n’y aurait rien de méchant. Seulement avec l’argent des citoyens il est de coutume de ne pas faire les choses à moitié. Il n’est pas question de poser des petits autocollants modificatifs. Aussi, si vous ajoutez au coup du temps de travail des grands penseurs, le remplacement des panneaux didactiques, les flyers et leur distribution en sortie de station… la facture doit tourner entre 300.000 et 500.000 €.

Deux observations : 1) la démocratie participative c’est actuellement la grande affaire dans nos villes et à la MEL or, il ne me semble pas que les citoyens aient été consultés. 2)à partir de cet exemple, on peut convenir qu’il ne serait pas dommageable pour le citoyen de réduire un  peu le nombre de fonctionnaires territoriaux dans certain secteur.

2) Je m’étrangle au petit déjeuner en lisant l’article de M. Rebischung  dans le Nord Éclair du 26 mars. Il écrit, sic « Hier étaient célébrés les 60 ans du traité de Rome. Mais pas près de chez nous. » et d’insister dans l’article « Rien ». Je pense qu’après ce que je vais vous dire il se rapprochera de sa direction pour obtenir une page complète rectificative qui relatera avec l’aide des organisateurs des manifestations ce qui fut organisé dans la région.

En effet, la célébration des 60 ans du traité de Rome a été marquée dans la Région par :

  • la 6ème édition des États Généraux de l’Europe le samedi 18 mars de 10 h à 17 h clôturée par des festivités jusque 23 h.
  • L’euro-débat à l’EDHEC le mercredi 22 mars réunissant des personnalités de premier plan.
  • Les compétitions sportives européennes rassemblant des équipes d’étudiants le jeudi 23 mars suivi à Arras par une conférence.
  • L’Europe et les jeunes : une rencontre de collégiens, lycéens, étudiants du supérieur avec les acteurs de l’Europe : députés, assistants, membres de la commission le vendredi 24 mars.

Tous ceux qui le pouvaient financièrement étaient invités à se retrouver à Rome, le samedi 25 mars, pour participer aux  cérémonies de clôture en commémoration des 60 ans du traité de Rome.

Comment notre presse régionale, qui nous parle à longueur de semaine des opposants à la construction de l’Union européenne, peut-elle louper de telles manifestations régionales et  s’enfoncer par de la désinformation ? Je terminerai par une phrase que j’ai entendue au cours des débats à Lille : « L’Europe c’est le continent des matins calmes ». A méditer au regard des guerres qui sévissent partout ailleurs.

3) Les Quads qui tuent, qui blessent et rendent « bourriques » les citoyens. Le maire de Roubaix se dit démuni, j’ai déjà entendu la police le dire également. Nous avons deux députés et un sénateur, ils représentent notre région dans les Chambres, n’est ce pas à eux qu’il conviendrait de s’adresser afin qu’ils proposent et défendent une loi qui donnerait aux autorités les moyens juridiques de les interdire de circulation en ville. Nous aimerions avoir connaissance des demandes officielles qui leur auraient été ou qui leur seront adressées.

« L’aventure » continue mais dans le mauvais sens

C’est encore bien pire que ce que nous craignions !

Dix neuf jours après la diffusion de notre document « Comment relancer un commerce en berne à Roubaix » voici que la presse nous apprend la fermeture, au cours de l’été prochain, de 2 enseignes emblématiques situées au début de l’avenue Jean Lebas : le tailleur de renommé « Devlaminck » et la boulangerie/petite restauration « La Mie Sésame ». Elle enchaîne les récentes fermetures de « L’épicerie du centre », « Décoration berbère », « Relooking Mosila »…

Revenons un peu en arrière. Les tailleurs, père et fils, réclamaient, soutenus par quelques commerçants, un parking sur la Grand-Place. Ils l’ont obtenu. Il semblerait que la progression des affaires n’ait été au rendez-vous. Le père se  retire à 85 ans, quoi de plus normal, mais il est plus saisissant que le fils abandonne lui aussi sans espoir d’une cession. En tout cas, la nouvelle municipalité n’est pas récompensée de son effort d’aménagement du parking.

On peut malheureusement penser que l’analyse de « Roubaix Aujourd’hui et Demain » n’était pas dépourvue de fondements ! Si personne n’a mieux à proposer, peut-être que pour sauver l’avenue Jean Lebas la proposition construite à partir des idées de plusieurs acteurs sur place pourrait-être étudiée même si plusieurs d’entre eux semblent ne plus y croire.

Dernière minute : ce jeudi de l’Ascension 2016, vers 16h, je croise devant le musée La Piscine deux couples dépités. L’un habitant Wasquehal, ex-roubaisien, voulait offrir la visite du musée à ses amis de Cahors. Porte close. Ils me disent venir du musée d’art moderne « LaM » à Villeneuve d’Ascq, c’était noir de monde précisent-ils. Ils s’en vont de Roubaix en confortant l’image négative qu’ils se faisaient de notre ville. Sans commentaire.